Lyrics

Je cherche des réponses, j'les trouve dans des questions Sur une feuille de béton, je tâche et je dessine Moi, j'ai grandi comme un enfant béni (béni) À côté d'ceux qui commettent les délits (les délits) Les voix dans ma tête sont pas angéliques (angéliques) Il manque les ailes, la foi et l'auréole (l'auréole) Enfant des abysses, laisse-nous dans l'noir et on rêve, han On a la haine, c'est instinctif, c'est peut-être héréditaire ('ditaire) Si j'étais une machine, j'serais sûrement solitaire (solitaire) C'est pas que j'aime pas les forces de l'ordre J'ai du mal avec toute forme d'autorité ('rité) J'dois maquiller mon arme en bleu, accorder les sonorités ('rités) Des fois, je ferme les yeux, j'm'imagine loin d'ici J'essaie d'oublier les homicides Faudrait qu'j'remplisse ma tête de pensées positives Faudrait qu'j'remplisse ma tête, woh-woh-woh-woh C'est vrai qu'y a trop de pièges, mais mehlich, faut qu'on avance (oh oui) J'sais qu'c'est mon faciès, je sais qu'c'est ça qui les nuance (wallaye) Tu connais, la chance, c'est plus comme avant (chaud) De Paname à Marseille, ruelles infestées de délinquants (chht) Les chaines et les enfers, libérez les frères (libérez) On est contraint de cramer nos gueules, me demande pas si on en est fier (jamais) J'demande pardon, à deux doigts de glisser (glisser) J'dois faire crari, mais j'peux pas m'empêcher ('pêcher) J'suis un vrai charo, la rue, c'est en moi, africain rebelle, j'ai d'la Russie en moi Va pas trop vite, c'est une course de fond (course de fond) On voit jamais, mais ils disent qu'ils font (disent qu'ils font) Parle pas trop fort devant les chicas (tu dis?), viens, va derrière, j'vais t'expliquer On s'éteint, nos cœurs, on saccage, nos principes nous prennent en otage (putain) Dans les ruelles insalubres (c'est noir), y a les condés, on slalom (merde) Problème de riche, j'sais même plus où pisser (pisser) Car y a beaucoup d'WC dans le penthouse (penthouse) Tellement d'cali', la voiture empeste (empeste) Elle a un serpent tatoué sur les fesses Sous l'siège côté passage, y a d'quoi les refroidir, pas besoin d'être gainé (nan) Elle pensait qu'j'étais misogyne, j'l'ai daté au Café des Femmes (babinks) Des fois, je ferme les yeux, j'm'imagine loin d'ici J'essaie d'oublier les homicides Faudrait qu'j'remplisse ma tête de pensées positives Faudrait qu'j'remplisse ma tête, woh-woh-woh-woh C'est vrai qu'y a trop de pièges mais mehlich, faut qu'on avance (oh oui) J'sais qu'c'est mon faciès, j'sais qu'c'est ça qui les nuance (wallaye) Tu connais, la chance, c'est plus comme avant (chaud) De Paname à Marseille, ruelles infestées de délinquants (chht)
Writer(s): Georges Dinga Pinto, Laurent Joseph Attal, Mehdi Saadane, Ayoub Zaidane, Antoine Monta, Baptiste Apouey, Noah Guillaume Louis Nicou Lyrics powered by www.musixmatch.com
instagramSharePathic_arrow_out